La resynchronisation cardiaque

La resynchronisation cardiaque (appelée communément « biventriculaire ou multisite ») réfère à la possibilité de synchroniser la contraction des deux parties inférieures du cœur soient les ventricules, au moyen d’un système qui comprend 3 sondes, en comparaison aux systèmes conventionnels à 1 ou 2 sondes).

Plus de 22 millions de personnes souffrent d’insuffisance cardiaque dans le monde. Cette condition peut être secondaire à une crise cardiaque (infarctus) où le muscle cardiaque a perdu de sa force de contraction (cardiopathie ischémique) ou être secondaire à une maladie du muscle cardiaque lui même (cardiomyopathie dilatée). Cette insuffisance cardiaque peut se manifester par de l’essoufflement, de l’enflure des pieds, de la fatigue et de l’intolérance à l’effort. Les traitements pharmacologiques sont nombreux et améliorent les symptômes. Certains patients avec insuffisance cardiaque sévère peuvent également présenter des arythmies du cœur.

La resynchronisation cardiaque est un traitement complémentaire aux approches pharmacologiques pour augmenter la force de contraction d’un cœur défaillant. Il utilise la plate-forme technologique des cardiostimulateurs ou des défibrillateurs en y ajoutant un troisième « fil » pour stimuler le ventricule gauche. De plus, il sera incorporé à un stimulateur ou un à défibrillateur et utilisera toutes les thérapies incluses dans ces appareils. Cette technologie s’est développée rapidement depuis les cinq dernières années.

Pour bien comprendre le principe sous-jacent il faut revenir sur la contraction normale du cœur.

L’activité électrique normale origine de la partie haute de l’oreillette droite (nœud sinusal) et doit traverser le nœud AV pour se diriger vers les deux ventricules. Pour se diriger du nœud AV vers les ventricules, un réseau électrique divisé en branche droite et gauche est utilisé par les impulsions normales. Les patients souffrants d’insuffisance cardiaque sévère ont souvent un « bloc » dans la branche gauche ou droite, ou un délai important de l’impulsion électrique dans le ventricule gauche. Ainsi, les deux ventricules ne contractent pas de façon simultanée et la force de contraction du cœur en est diminuée.

L’utilisation de la technologie de resynchronisation cardiaque requiert la même intervention chirurgicale que pour un stimulateur cardiaque ou défibrillateur en y ajoutant le temps nécessaire pour placer le troisième fil au niveau d’une veine cardiaque qui se dirige vers le ventricule gauche.

On considère proposer la resynchronisation cardiaque lorsqu’un patient présente une insuffisance cardiaque modérée à sévère avec symptômes persistants malgré une médication appropriée en présence d’une augmentation de la dimension du cœur (cœur dilaté) et une évidence de délai significatif dans l’impulsion électrique au niveau du ventricule gauche. Votre spécialiste en insuffisance cardiaque et l’électrophysiologiste pourront effectuer des tests simples pour documenter si un patient donné peut bénéficier de cette approche thérapeutique. De plus, ces spécialistes évalueront la nécessité d’utiliser un stimulateur ou un défibrillateur biventriculaire.

On utilise alors des outils spéciaux et on colore les veines nécessaires avec du contraste iodé pour positionner la sonde sur le ventricule gauche (flèche sur schéma). Chez plus de 90 % des patients, ont peut y positionner le troisième fil. Certaines contraintes techniques ou anatomiques peuvent empêcher le positionnement du troisième fil. La grande majorité des patients verront une amélioration de leurs symptômes d’insuffisance cardiaque avec cette technologie. L’amélioration peut être rapide après l’intervention ou se manifester sur quelques mois.

Le secteur d’électrophysiologie de l’Hôpital Laval a été et demeure un pionnier au Canada dans l’étude et l’application de la resynchronisation cardiaque. De très nombreux projets de recherche nous permettront d’améliorer cette technologie et de comprendre de nombreux aspects encore méconnus de cette nouvelle thérapie. Nous espérons ainsi pouvoir faire bénéficier un plus grand nombre de patients de cette technologie innovatrice.

 

Laisser un commentaire