Cyclisme : Une Vuelta exceptionnelle

Depuis quelques années, le Cyclisme est ma passion. Je pratique ce sport régulièrement et je regarde quasiment toutes les retransmissions télévisées. De nombreuses personnes estiment que c’est un sport ennuyant et réservé aux petits vieux. Je vous rassure, ce n’est pas le cas. Lorsque je roule le week-end, je rencontre de tout. Il y a des adolescents, des adultes et bien entendu des personnes plus âgées qui rêvent de se refaire une santé. Enfin, je ne vais pas vous raconter ma vie en détails ; je ne pense pas qu’elle soit très intéressante.

 

Hier après-midi, le Tour d’Espagne – la Vuelta – a pris fin dans les rues de Madrid. Je n’avais jamais regardé cette épreuve auparavant. Normal, les cours reprennent début septembre… mes profs et mes parents n’auraient pas appréciés que je sèche pour regarder la télévision. Cette année, j’ai eu la chance d’avoir un emploi du temps allégé : j’ai pu regarder toutes les étapes. Et je n’ai pas été déçu ! La Vuelta était exceptionnelle.

 

De nombreux favoris

L’italien Vincenzo Nibali a remporté la 65ème édition du Tour d’Espagne. Je ne suis pas surpris ; je savais qu’il allait faire une très belle course. Même s’il n’est pas connu par le grand public, c’est coureur remarquable. Cette année, il a terminé troisième du Tour d’Italie et il a remporté le Tour de San Luis, le Tour de Slovénie et le Trophée Melinda. Certes, il ne gagne pas beaucoup d’étapes, mais il est toujours bien classé.
Les outsiders étaient nombreux. La liste est longue. Je peux notamment citer Frank Schleck, Igor Anton, Denis Menchov, Carlos Sastre, Ezequiel Mosquera et Joaquim Rodriguez. Malheureusement, ils n’ont pas fait le poids face à Vincenzo.

Nibali-Mosquera, un duel sensationnel

Comment oser parler de la Vuelta sans évoquer le duel Nibali-Mosquera ? Ces deux là ont animé la course comme Alberto et Andy lors du dernier Tour de France. Dans la montagne, ils étaient aussi surprenants l’un que l’autre. Au départ de l’avant dernière étape, seules 50 secondes les séparaient. C’était vraiment grandiose. Je n’avais pas vu une telle étape et un tel suspens depuis longtemps. Le portugais a tout donné pour grappiller des secondes à son adversaire. Je m’attends à un beau combat en 2011.

Un joli tracé

En général, les étapes étaient toutes magnifiques. Les organisateurs ont fait un très beau boulot. Les étapes de montagne étaient très nombreuses et offraient à chaque fois un spectacle grandiose. Pour notre plus grand bonheur, les arrivées au sommet étaient fréquentes. Le parcours était très difficile : le pourcentage des pentes s’élevait jusqu’à 25 %. Si vous faîtes du vélo, vous pouvez imaginer la douleur qu’ils ont enduré.

Moncoutié, meilleur grimpeur

David Moncoutié n’a pas participé au Tour de France. Je pense qu’il a bien fait de prendre cette décision. Sur la Vuelta, il a remporté une étape et a décroché le maillot du meilleur grimpeur pour la troisième année consécutive. C’est le seul français qui s’est illustré. Il nous prouve à nouveau qu’il est en forme. La retraite n’est pas prête de montrer le bout de son nez. Que dire de plus ? David est un grand grimpeur et peut peser sur la course à tout moment. Il m’épatera toujours.

 

De belles surprises

Dans chaque épreuve cycliste, il y a toujours de belles surprises. La Vuelta ne fait pas exception à la règle. Alors, quelles sont elles ?
La troisième place au classement général de Peter Velits m’a vraiment marqué. Pour sa première participation, le coureur de la Team Columbia-HTC a remporté une étape – le contre-la-montre – et rivalisait avec les meilleurs. Je ne connaissais pas ce coureur. Ses qualités m’ont impressionné.
Nicolas Roche était formidable. Tout au long de la Vuelta, il s’est battu avec les meilleurs. Après un Tour de France 2010 plutôt correcte (15ème), il a bataillé dur pour décrocher la 7ème place. Un grand avenir l’attend !
Connaissez-vous Yauheni Hutarovich? Non ? C’est tout à fait normal. Le sprinter de la FDJ n’est pas très connu… Et pourtant, il a réussi à battre le suprême Mark Cavendish à Marbella. Le britannique doit encore exprimer de la rancœur.

 

Quelques déceptions

Igor Anton pouvait remporter ce Tour d’Espagne. En montagne, il était supérieur à tout le monde. Il m’a véritablement impressionné. Malheureusement, la chance n’était pas avec lui. Il a chuté lors de la 14ème étape et s’est fracturé le coude. Il a dû abandonner la Vuelta… Son heure de gloire n’a pas encore sonné.
Frank Schleck n’avait qu’un objectif : remporter le Tour d’Espagne. Suite à son abandon dans le Tour de France, il misait tout sur cette épreuve. Déterminé comme jamais, il voulait remporter son premier grand Tour. Etre motivé ne suffit pas. Encore faut-il avoir les ressources nécessaires pour l’emporter. Dans les étapes de montagne, je l’ai trouvé un peu limite. Les ascensions n’étaient pas taillées pour notre cher luxembourgeois. Il finit tout de même à la 5ème place.
Au départ de la Vuelta, Denis Menchov était considéré comme un grand outsider. Il a déjà remporté la Vuelta a deux reprises – en 2005 et 2007 – et il a montré des capacités incroyables lors du Tour de France 2010. J’attendais beaucoup de lui. Mais il n’a pas été à la hauteur : il termine à la 41ème place.
Un espagnol aurait pu figurer sur le podium. Il s’agit de Joaquim Rodriguez. Jusqu’au contre-la-montre, il était toujours positionné dans les premières places du classement général. Malheureusement, il s’est écroulé et a perdu de précieuses minutes lors de cette épreuve individuelle. C’est dommage.
Enfin, Carlos Sastre n’a pas illuminé ce Tour. Malgré quelques attaques, il est resté en retrait. Sa participation aux trois grands tours cette saison n’a pas du arranger les choses…

Ma petite analyse s’arrête ici. Ne soyez pas tristes, j’en ferai plein d’autres. Maintenant, je dois écrire ma conclusion. Et après, à table !
Cette édition de la Vuelta était magnifique. Le spectacle était au niveau du Tour de France et du Giro (Tour d’Italie). Elle a eu sont lot de surprises et de déceptions ; je garderai un très beau souvenir de ces trois semaines.

 

Laisser un commentaire